Les bases de la self-défense féminine

Il suffit de parler quelques minutes de self-défense en soirée pour que les mêmes phrases fusent « La femme est moins forte que l’homme de toutes façons ». Effectivement, la masse musculaire de la femme est moins développée. (Et encore que, avec beaucoup de volonté, cette masse musculaire peut s’acquérir. Qui veut aller jouer avec les dames ?)

Amazon TRaining style - Self défense Féminine

 

Peut-on dire pour autant que la femme est moins forte ?

Considérez-vous les chats comme des animaux forts ? Avec leur 4kg en moyenne, combien d’entre vous sont revenu.e.s lacéré.e.s parce qu’il fallait les emmener chez le vétérinaire ?
Combien de chiens repartent en courant devant un chat en colère et combien de vidéos trouvons-nous sur Youtube de chats faisant fuir un ours ? Un OURS !

Si je devais comparer la force de la femme à un animal, je prendrais sans hésiter le chat. Si son poids peut être bien en dessous de certains de ses adversaires, la femme reste redoutable. La seule chose qu’elle a à faire est de se défendre comme elle défendrait sa mère, ses enfants, ses amies. Parce que la femme défend bien mieux autrui qu’elle-même. Et quand on essaie de comprendre pourquoi, la même réponse ressort : « Moi je peux encaisser. Je connais mes limites. » Oui, on connait toutes nos limites, jusqu’au jour où. Pourquoi faudrait-il attendre une limite pour bouger ? Pourquoi tolérer quelque chose pour soi que l’on ne laisserait jamais passer pour un proche ? N’attendez aucune limite, défendez-vous MAINTENANT, vous le valez bien. #L’oréal

Comment se défendre quand on n’a jamais pris de cours, voici quelques bases non exhaustives à retenir.

Se protéger

Avant de penser à frapper, commencez à penser à vous protéger. Vous ne ferez rien si vous tombez à terre au premier coup reçu.

La notion de garde

Les mains protègent le visage et frappent, alors que les jambes assurent stabilité, déplacements et ripostes en jambes.

Pour ce faire, les coudes sont légèrement pliés vers le bas et les mains ouvertes vers l’avant à une trentaine de centimètres de vous.

Vos jambes quant à elles, doivent être bien ancrées dans le sol, plus vous quitterez le sol moins vous serez stables (logique) mais surtout, moins vous serez puissantes. Aussi étrange que cela puisse paraître quand on ne connaît pas les frappes de boxe, la force des poings vient, entre autre, de la stabilité des jambes.
Écartez dans un premier temps vos pieds de la largeur de vos hanches puis faites un pas, du pied de votre choix, vers l’avant. Déverrouillez vos genoux, afin que vos jambes ne soient ni complètement pliées ni complètement tendues puis baissez le menton.

Vous y êtes.

Encaisser un coup

La notion de garde vue ci-dessus est primordiale pour encaisser un coup sans tomber. Une fois stable, abdos gainés, il va nous falloir protéger notre visage en priorité : repliez les bras sur votre tête pour exposer vos coudes aux frappes de votre adversaire. Les coudes font partie des os les plus durs du corps, ils ne casseront pas.
Surtout restez bien sur vos appuis sans suivre les coups : si un coup vient de votre droite, ne tournez pas votre tête et votre buste vers la gauche ! Il est important de suivre son adversaire du regard.

Malheureusement, il n’est pas possible de rester indéfiniment dans cette position en attendant que ça passe. Prendre un coup secoue énormément, après quelques tests avec un des instructeurs de l’Académie des Arts de Combat, quand j’encaisse 2 à 3 frappes à seulement 50% environ de sa force, je mets environ 2 secondes à reprendre mes esprits et retrouver mes cibles à frapper. Parce que c’est ça qu’il va nous falloir faire ensuite, riposter.

Riposter

Les cibles

  • Frapper au visage : yeux, nez, menton, bouche, pommettes, oreilles (elles sont le centre de l’équilibre, une bonne claque dans l’oreille a de quoi déstabiliser fortement votre agresseur).
  • Frapper au corps : gorge (attention ceci peut tuer la personne), testicules, cuisses, genoux, tibias, pieds.

Les cibles inutiles

  • Le haut du crâne : la partie chevelue des Playmobil (le haut du crâne est une des parties les plus dures du corps, crâne contre poing, le poing casse.)
  • Les pectoraux : moelleux et doux, beaucoup de femmes frappent sur les pectoraux plutôt qu’au visage, mais les pectoraux ne font pas mal.
  • Les épaules : à part pour faire tomber quelques pellicules accrochées au t-shirt, vous ne ferez pas grand chose.
  • Les fesses (Sauf pour Ryan Gosling.)

Comment frapper ?

  • Le poing fermé (de la bonne façon pour ne pas se le casser en frappant) le pouce à l’extérieur, devant les doigts repliés.
    poings fermés - Amazon training - Self défense féminine
  • La paume ouverte : c’est le bas de la paume qui frappe.
  • La paume ouverte en griffe de chat : ongles pointés vers l’agresseur.

En Amazon Training nous avons une règle simple pour être sures de ne pas se casser le poing sur une tête qui se serait baissée au dernier moment : on frappe mains ouvertes au visage et poings fermés au corps (sauf pour la main aux parties).

Quelques frappes de bases

Il existe une multitude de frappes. Celles que nous apprenons en Amazon Training ont été sélectionnées pour leur efficacité que l’on soit débutante ou confirmée, souple ou pas, sur talons ou en baskets.

Je ne vous donnerai ici que 4 frappes, tout simplement parce que par écrit, je pourrais vous induire en erreur. Je préfère vous expliquer le reste de vive voix, lors de stages ou de cours afin de vous corriger en même temps.

Quand l’agresseur est à une distance longue (environ un bras tendu)

Le direct paume ouverte

En partant de la position de garde, il s’agit de déplier votre bras dans un mouvement de piston vers le visage de l’agresseur. Le bras qui ne frappe pas reste en garde pour vous protéger.
La cible ? Le nez ! (Rappel : même s’il est bien plus grand que vous, ne sautez pas, vos pieds sont votre force !)
L’avantage de ce coup : même si vous n’arrivez pas à casser le nez, une frappe dans le nez fera monter les larmes de votre agresseur et vous donnera quelques secondes pour fuir.

Le coup dans le tibia

Toujours en position de garde, prenez appui sur votre pied avant (= celui que vous avez avancé pour vous mettre en garde) pour pouvoir soulever votre pied arrière. Ouvrez ce dernier vers l’extérieur (comme si vous marchiez en canard), frappez droit dans le tibia de votre agresseur et reposez le pied le plus vite possible.
L’avantage de ce coup : le muscle situé sur le tibia (muscle tibial antérieur) est actionné à chaque fois que vous prenez appui sur votre jambe donc à chaque fois que vous marchez, courez, sautez… Un coup à cet endroit vous permettra de limiter très fortement d’être poursuivie.

Quand l’agresseur est à une distance courte (collé à vous)

La main aux parties

Attrapez les testicules ou frappez dedans avec la main ouverte.
L’avantage de ce coup : très paralysant pour l’agresseur, il est l’un des coups les plus efficaces. Attention cependant, il a déjà été prouvé que certaines drogues permettent d’annihiler totalement les sensations, même s’il s’agit d’un coup aux parties. NB : Dans ce cas les autres coups n’auraient pas plus de succès à part s’ils sont portés aux yeux ou sur une articulation telle que le genou (même drogué, il est difficile de se déplacer avec un genou luxé).

Le marcher sur le pied

Et oui, c’est bête mais qui n’a jamais hurlé parce qu’on lui a écrasé un orteil ?
Il suffit donc juste de relever la jambe et de redescendre le plus vite possible pour écraser le pied de l’agresseur avec son talon. (Avec des chaussures à talons c’est encore plus douloureux.)
L’avantage de ce coup : comme le coup dans le tibia, il limite la poursuite de votre agresseur.

FUIR et HURLER

N’oubliez jamais que votre but premier est de fuir. Vous ne pourrez pas combattre des heures, nous ne sommes pas sur un ring, nous sommes dans la rue. A tous moments, un deuxième agresseur peut arriver ou une arme peut être sortie. Vous pouvez sans aucun doute riposter et surprendre votre agresseur, mais ces derniers deviennent de plus en plus ingénieux, fuir est LA SOLUTION qui limitera les dommages physiques et psychologiques. Dès que vous le pouvez, fuyez (dans un magasin, dans une rue avec plus de passage) en hurlant. Hurler rompt la « tranquillité » de l’agression. Les agresseurs aiment pouvoir agir sans être surpris. Hurler permet d’alerter du monde et par conséquent, de les inquiéter.

N’oubliez pas non plus qu’il est nécessaire de porter plainte au plus vite pour retrouver votre agresseur et l’empêcher de nuire.

Pour de plus amples informations sur les agressions : Reconnaître les différents types d’agressions pour mieux les éviter.

Pour connaître la date des stages ou des cours près de chez vous : http://amazontraining.fr/

Laisser un commentaire